• L’art chinois au cœur des Occidentaux

    Depuis le XVIIIe siècle, l’intérêt que portent les Occidentaux à l’art chinois ne s’est jamais démenti. Malgré qu’il soit peu connu et issu de sources qui remontent à des millénaires, les objets et oeuvres d’art traditionnels chinois ont conquis le coeur des collectionneurs étrangers. Comment donc expliquer cet engouement des Occidentaux pour les oeuvres chinoises ?

     

    art chinois

     

    Des débuts prometteurs

    La montée en puissance de la Chine au rang des premiers pays économiquement développés depuis les années 80 a eu un grand impact sur la renommée de l’art chinois sur l’échelle internationale. C’est là que la gloire de l’art chinois a connu ses « débuts », des débuts très prometteurs.

     

    En effet, bon nombre de voyageurs en destination de la Chine sont constitués de collectionneurs d’art. L’art traditionnel chinois a conquis le cœur des Occidentaux. Plusieurs d’entre eux se sont montrés prêts à verser de grandes sommes pour se faire cadeaux des plus beaux objets et œuvres traditionnels chinois, ceux d’origine impériale étant les plus recherchés.

     

    En général, les spécialités traditionnelles de l’art chinois sont composées de céramique, de peinture, de calligraphie et de bronzes archaïques. La diffusion de ce savoir-faire traditionnel, transmise de génération en génération, a permis entre autres à la Chine d’exposer aux Occidentaux sa culture et sa sophistication en matière d’art.

     

     

    Prix records dans le monde des ventes aux enchères

     

    L’attrait des Occidentaux pour les œuvres d’art traditionnel chinois est justifié par les valeurs culturelles qu’elles véhiculent. Elles témoignent du fort attachement que portent les Chinois pour leurs ancêtres et leurs traditions. Pour conséquence, de réelles progressions au niveau des prix au sein du marché international se font enregistrer.

     

    Les œuvres d’art chinois battent souvent le record lors de ventes aux enchères. À l’exemple du chef-d’œuvre 1692 « Deux merles huppés sur une roche », un chef-d’œuvre qui n’est sorti qu’après 25 années de sa conception, et qui a été vendu à un prix sept fois plus élevé que le prix prévu, soit 2,99 millions de dollars. Il s’agit ici d’un des tableaux du célèbre ancien peintre et calligraphe chinois Ba Da Shan Ren. Ou encore la vase en porcelaine de l’époque Qianlong qui a couté à son acquéreur plus de 50 millions d’euros (plus de 69 millions de dollars), un prix record. Cliquez ici pour plus d’informations à ce sujet.

     

    Par rapport à la demande qui ne cesse de s’accroître, l’offre tend à ne plus suivre le rythme. Les objets d’art chinois commencent à se raréfier qu’ils connaissent des prix fous galopants à l’échelle internationale.

     

     

    Les médias au service de la Chine

     

    La vitalité du marché d’art traditionnel chinois témoigne de l’intérêt grandissant que portent les Occidentaux en ces objets anciens.

     

    En effet, cet attrait pour l’art chinois a été nourri par la diffusion médiatique des valeurs culturelles qui y sont rattachées. Au service de la chine, des écoles à l’étranger ont même ouvert leurs portes pour transmettre ce savoir chinois aux Occidentaux à l’exemple des cours de peinture et de calligraphie chinoises dispensés en France.

     

    Plusieurs autres établissements se sont fait construire pour n’exposer uniquement que d’objets d’art chinois, comme le Chambers Fine Arts qui est la seule galerie new-yorkaise ouverte depuis 12 ans aux États-Unis.

     

    L’ enseignement de la langue chinoise sur tout le continent européen est devenu le meilleur moyen pour les Occidentaux d’entrer plus facilement culturellement en contact avec la Chine pour mieux appréhender son savoir-faire et aussi son savoir-vivre représentés par les œuvres d’art chinois.

     

     

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
    L'art chinois au cœur des Occidentaux, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire